La Varende - Hollande 1940


Pour ce triste et beau mois d’avril 1940, La Varende avait accepté de faire une tournée de conférences en Hollande. Invité par l’Alliance Française, il devait adresser ses impressions journa lières aux Nouvelle Littéraires que dirigeait alors Frédéric Lefèvre. Sans doute hésita-t-il - c’est alors la « drôle de guerre » - mais enfin il partit.


Ce sont ces notes quotidiennes que les éditions AntéA ont rassemblées et publiées en une plaquette légère, mais lourde des reflets de l’âme, des dilections et des pressentiments de celui qui est déjà un grand écrivain.


Avril 1940. Comme sa voisine, la Belgique, c’est la fin d’un monde qu’attend la Hollande et ce sont les signes précurseurs de cette prochaine Apocalypse que note l’écrivain - en même temps que les élans de son âme


En amant des choses maritimes, La Varende connaissait la Hollande où il venait pour la septième fois, et là, plus que des descriptions, ce sont des impressions légères, et, hélas aussi, de tristes pressentiments, les siens comme ceux de ses hôtes dont il admire la discrétion et le courage, qu’il nous livre


Style inimitable de La Varende, toujours fait de sous-entendus , pudeur d’un homme qui, d’un mot, d’une courte incidente, va droit à l’essentiel, qui, lorsqu’il parle des autres, nous dévoile en même temps son âme « à la fois si forte et si fragile », comme le note Anne Bernet.

Retour à l'accueil